A l'échelle humaine

La montée des affrontements de type guérilla a favorisé l’augmentation des problèmes de sécurité humaine. Contrairement aux menaces à la sécurité militaire où la survie de l’État et de ses institutions est en péril, les dangers engendrés dans le cas de menaces à la sécurité humaine touchent à la vie quotidienne des citoyens et au fonctionnement des institutions de l’État. Que ces menaces se concrétisent sous la forme de terrorisme, d’accrochages violents aux frontières, d’éclatement de mouvements de résistance populaire ou d’épisodes de violence politique, elles ne remettent pas en question l’existence de l’État mais empoisonnent la vie de celui-ci et elles mettent en danger la vie de ses habitants.

Sous cet aspect, ce qui caractérise peut-être le mieux ce conflit, c’est son manque d’humanité, sinon sous ses deux formes les plus douloureuses de la condition humaine : l’humiliation et la souffrance. L’humiliation du peuple palestinien et la souffrance des populations juive et arabe, chrétienne et musulmane, forment les seules constantes de ce conflit.

Humiliation, souffrance, donc. A quoi il convient d’ajouter deux autres iaspects : l’exaspération du peuple palestinien et la détermination de l’Etat d’Israël.

Il a été enregistré, en effet, depuis des années une réelle exaspération du peuple palestinien qui n’a guère d’équivalent dans l’histoire. Elle porte un nom : Intifada.

La détermination de l’Etat d’Israël est pareillement peu fréquente dans l’histoire. Elle s’appelle « Droit à l’autodéfense » ou « terrorisme d’Etat », selon que l’on est pro ou antisioniste.

jpg-dessin591-titom-israel-palestine.jpg

Conflit israélo-palestinien: 8 900 morts depuis vingt ans !

Par Georges Malbrunot le 24 novembre 2009 (dans le Figaro).

D'abord une guerre de basse intensité. Un seul chiffre en dit parfois beaucoup plus qu’un long discours. 8 881 : c’est le nombre de tués en deux décennies de conflit israélo-palestinien, nous apprend B’Tselem, l’organisation israélienne de défense des droits de l’Homme, qui fête ses vingt ans d'existence. La grande majorité – 7 398 - sont Palestiniens, dont 1 537 mineurs. Israël, de son côté, déplore 1 483 morts, dont 139 mineurs. Ces vingt dernières années ont été marquées par trois affrontements : la première Intifida entre 1987 et 1993, la deuxième, qui a commencé en 2000, et l’opération militaire « Plomb durci » de début 2009 contre la bande de Gaza. A signaler que ces vingt années là ont été beaucoup plus violentes que les vingt précédentes (1967-1987), après l’occupation de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et Jérusalem-est, à l’issue de la Guerre des Six jours.

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×